Manifestations, hantises, poltergheist, possessions, médiumnité et contact avec l'au-delà. Nous sommes un groupe d’amis, réunis par le désir de partager et d’aider, en toute amitié . Tout échange est entièrement gratuit, tout se fait dans le respect
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexionfacebook
PROBLÈMES D'ENREGISTREMENT ACTUELLEMENT AVEC GOOGLE CHROME: ENREGISTREZ VOUS AVEC UN AUTRE MOTEUR DE RECHERCHE. FAITES VOTRE PRÉSENTATION ET PUIS SEULEMENT REVENEZ AVEC GOOGLE CHROME. MERCI DE VOTRE COMPRÉHENSION.

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Partagez | 
 

 résumé du livre Sophromagnétisme et plus encore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ORBE
Admin
Admin


Messages : 1368
Date d'inscription : 27/09/2011
Age : 35
Localisation : Province de Namur

MessageSujet: résumé du livre Sophromagnétisme et plus encore   Mer 28 Sep - 13:35

Chapitre I

Comment magnétiser avec les mains.
Position et vêtements du patient
La position du patient
Debout : Il ne doit pas être en perte d’équilibre. Ses jambes sont légèrement écartées et ses bras le long du corps. Il est possible de le faire s’appuyer sur un meuble ou un dossier de chaise placé devant lui. Son visage est placé face au nord.
Assis : Il est important que son buste soit bien droit mais sans raideur. Ses pieds doivent reposer à plat sur le sol. Il ne doit pas croiser les bras ni les mains. Visage face au nord.
Allongé : Il doit être étendu sur le dos, sur une surface assez large pour que ses bras le long de son corps n’y soient pas collés. Bras et mains plus les jambes ne doivent pas être croisées. S’il le préfère un coussin peut-être placé sous sa tête qui doit ce trouvée toujours face au nord. Attention pas de chignon, ni de queues.
Les vêtements et le confort du patient.
Les vêtements en matière synthétique atténuent la transmission du magnétisme en le réfléchissant. Le confort du patient est constitué par 4 conditions à respecter.
Position confortable : pas de contraction, pas d’équilibre instable.
Température convenable : pour obtenir un bon état de relaxation.
Silence ambiant : ne pas être troublé par ex : une sonnerie ou bruits forts et brutales
L’intensité de la lumière : pas trop fort, ni trop faible. Des bougies peuvent faire l’affaire.
Les différents passes
Les bras sont souples, sans aucune crispation, les doigts ne sont pas serrés sans être trop écartés. Les passes sont toujours effectuées du haut vers le bas du corps, que le patient soit assis, debout ou allongé. Le visage toujours orienté vers le nord. S’il est allongé, il aura la tête au nord et les pieds au sud, tandis que le magnétiseur se placera de préférence à sa droite.
Passes courtes : Elles vont de la tête au plexius solaire ou du plexius solaire jusqu’aux pieds.
Passes lentes : Elles vont du sommet de la tête ou du visage jusqu’au bout des pieds.
Passes transversales : Contrairement aux précédentes, elles ne vont plus du haut du corps vers le bas, mais elles sont effectuées transversalement dans des buts très précis.
Passes lentes : Elles chargent et saturent. Elles donnent du magnétisme et renforce celui du patient. Elles retirent le négatif. Elles permettent donc de « donner » ou de « prendre » selon la volonté du magnétiseur. C’est par « convention mental » que le magnétiseur avec pratiquement les mêmes gestes pourra prendre ou donner. Quand il décide de « donner » pour charger ou renforcer, il y pense fortement et il sentira son magnétisme sortir de ses mains. Doit les muscles appuieront sur l’espace qui les sépare du corps du patient. Quand il décide de « prendre », en fonction de l’état du patient il effectue les mêmes passes, mais en pensant fortement qu’il retire ce dont il veut débarrasser le patient. Il sent alors les muscles de ses mains qui tirent et dégagent ce qui perturbe le patient. A la fin de chaque passe, il ferme ses mains et les secouent.
Passes rapides : Elles stimulent et décongestionnent. Ce sont principalement des passes courtes. Elles sont utilisées sur un patient allongé ou éventuellement debout.
Passes très rapides : Elles dégagent et sont toujours des passes courtes. Elles vont soit de la tête à la ceinture, soit de la ceinture au bout des pieds. Lorsque le patient est debout, elles peuvent être effectuées devant lui ou derrière lui. Ces passes de dégagement exigent une excellente forme physique du magnétiseur. Les mains du magnétiseur se déplacent très prés du corps, sans le toucher. Elles débarrassent des vibrations négatives qui s’y sont fixées.
Autres passes transversales : Elles dégagent, stimulent et éveillent. La position du magnétiseur est importante mais ce qu’il l’est tout autant, c’est sa respiration. Lorsqu’il place ses mains à la hauteur et la distance voulues, il inspire profondément. Chaque fois qu’il fait les passes transversales dans le mouvement du haut vers le bas, il expire tout cet air. Lorsque ses mains remontent rapidement et directement, sans ce croiser, il inspire à nouveau. Les passes doivent être enchaînées sans aucunes interruptions, au rythme rapide de la respiration avec une flexion des jambes pour bien descendre les mains à chaque mouvement transversales.
Les positions du magnétiseur
Nous avons indiqué quelles sont les conditions pour que le patient bénéficie au maximum de la séance de magnétisme : confort, température, silence et luminosité. Ajoutons qu’en aucun cas il ne doit croiser ses mains ou ses jambes. Il est également important qu’il soit dans un état de réceptivité crée par le magnétiseur. Le confort du magnétisé doit être complété par le confort du magnétiseur. Celui-ci doit agir dans un confort physique et moral. Confort moral : détendu et concentré. Confort physique : créer les meilleures conditions pour ne pas ce fatiguer inutilement. Lorsque le patient est assis (face au nord) je me place derrière lui. Ses épaules et sa tête dépassent de la hauteur du dossier de la chaise.
Les impositions
Contrairement aux passes qui font circuler les mains. Les impositions placent les mains immobiles au-dessus d’une région du corps ou un point. Elles sont pratiquées sur un sujet debout, assis ou allongé.
Mains ouvertes
Les mains sont ouvertes et placées à plat au-dessus de la zone » à magnétiser. Les doigts ne sont pas serrés ni écartés et la position est souple, sans raideur ni crispation. La distance des mains du magnétiseur et le corps du patient dépend du ressenti du magnétiseur qui peut tenir compte aussi du ressenti du sujet qu’il interroge. Pour faire pénétrer d’avantage le magnétisme lors d’une imposition, celle-ci peut-être complétée par un mouvement rotatif lent dans le sens des aiguilles d’une montre. Selon la convention mentale du magnétiseur, il peut s’agir de forcer la pénétration magnétisme ou au contraire, de retirer la vibration négative présente dans cette zone. Dans ce dernier cas, certains magnétiseurs préfèrent que la rotation s’accomplisse dans le sens envers des aiguilles d’une montre en s’éloignant légèrement et progressivement du corps du sujet. Lorsque le magnétiseur ressent qu’il à dégagé son patient, il doit ce dégager à son tour en secouant fortement ses mains avant de reprendre éventuellement la même imposition.

Doigts en faisceaux
Lorsque le magnétiseur agit non plus sur une zone mais sur un point, l’imposition ne s’effectuera plus avec la main à plat mais avec les doigts en faisceaux. Les doigts sont tendu mais légèrement courbé ; ils forment une pointe comme en faisceaux. Ils ne ce touchent pas et ne sont pas crispé. La pointe est dirigée vers le point à magnétiser et elle peut être complétée de rotations comme nous l’avons vu précédemment.
Les applications
Les mains ouvertes se posent doucement sur la peau de la région où elle a été imposée.
Les émetteurs
Le magnétisme est émis par les yeux, par le souffle, par les doigts et la paume des mains, par les orteils et par le sexe masculin et aussi par toute la peau.
Les récepteurs
Les yeux, le souffle, les paumes des mains, la plante des pieds, le sexe féminin et par toute la peau.


Chapitre II

Les yeux et le regard magnétique
La qualité du regard
Elles dépendent de notre comportement. Pour magnétiser son semblable il est indispensable de procéder une bonne hygiène et une bonne santé tant sur le plan physique que psychologique.
L’intensité du regard.
Regarder quelqu’un dans les yeux constitue un gage de sincérité. Le regard dirigé vers la racine du nez donne les mêmes résultats.


Chapitre III

Le souffle est la voix.
Le souffle chaud
La bouche forme un « O » l’expiration est très lente, pour prolonger cette action et doit être renouvelée plusieurs fois. Durant l’expiration, c’est sur un point que le souffle est projeté. Lorsqu’il doit l’être sur une surface, il sera projeté avec un mouvement de rotation dans le sens des aiguilles d’une montre.
Quand et comment utiliser le souffle chaud ?
Il est tonifiant et accélère la circulation du sang. Il peut être appliqué sur un point douloureux ou sur une zone comme par exemple : une cicatrice. Il peut être accompagné d’une légère application de la main gauche sur le plexius solaire. En fin de séance de sophromagnétisme, il peut être appliqué sur le plexius solaire d’un sujet dépressif, d’un convalescent ou de toutes personnes ayant des tendances au pessimisme ou au découragement. Un mouvement de rotation peut l’accompagner. Sur la nuque, il correspond à l’action sur le plexius et il est plus aisé à pratiquer. Lorsque le souffle chaud est appliqué sur le plexius solaire cette région du corps peut conserver le vêtement si il est en tissu naturel ou un tissu absorbant, comme le linge de coton, ouate, etc. Dans ce cas le souffle doit être plus puissant et de plus longue durée.
Le souffle froid.
Le magnétiseur ce place à une 15 éne de centimètres du sujet. Autrefois, certains magnétiseurs canalisaient leur souffle en utilisant un petit cylindre de carton ou une paille. Les lèvres sont pincées. L’expiration lente et renouvelée plusieurs fois. Durant l’expiration, le souffle est projeté sur une surface ou une ligne horizontale ou verticale selon les cas.
Quand et comment utiliser le souffle froid ?
Il calme, décongestionne et éveille. Sur le front, il est à pratiquer dans les cas de migraines et de surmenages. Sur le front également il accentue « le réveil » d’une personne qui a été placée en un état de relaxation. Dans ce cas, le sujet est assis sur le lit, face au magnétiseur. Celui-ci, les lèvres pincée souffle au milieu du front, puis sur une ligne qui va de sa propre gauche à sa droite sur le front du sujet. Il est utile d’ajouter des passes transversales très rapides devant les yeux.
Le souffle puissant
Ce souffle chaud et puissant ne doit être pratiqué que part un magnétiseur possédant une forte capacité respiratoire. Le patient est debout et le magnétiseur se place derrière lui. Le patient se penche en arrière pour appuyer son dos contre la poitrine du magnétiseur. Le magnétiseur a assuré son équilibre en écartant légèrement les jambes. Il pose ses bras contre les épaules du patient qu’il tien fermement contre lui. Ainsi il lui fait baisser la tête avec ses deux mains et applique le souffle chaud et puissant au-dessus du cou et des vertèbres cervicales, au niveau de la troisième vertèbre dorsale.



Quand et comment utiliser le souffle puissant
Lorsque les positions ont été mise en place, il est demandé au patient de respirer calmement. Le magnétiseur inspire profondément et emplit complètement ses poumons. Avec sa bouche en « O », il expire longuement et puissamment en une seule fois tandis qu’il maintient fortement le patient contre lui. Ce souffle est particulièrement tonifiant. Il transmet la force vitale. Personnellement, je le pratique souvent en fin de séance de sophromagnétisme pour donner le maximum de tonus. Il me paraît très important de ne pas souffler jusqu’à la limite de ses possibilités et d’être capable de prononcer deux ou trois mots avant de reprendre son souffle.
Le souffle et la bougie
Si vous pratiquez le magnétisme à la lumière de la bougie ou si vous utilisez celle-ci en tant qu’élément de décoration respectez ce symbolisme et ne soufflez jamais sur la flamme d’une bougie. Pour l’éteindre, pincez la flamme. En mouillant légèrement le bout de vos doigts, vous ne vous brulerez pas. Ou utilisez un éteignoir qui étouffe la flamme.


Chapitre IV

La parole

Lorsque l’articulation est maîtrisée, il faut tenir compte de sept éléments fondamentaux : la tonalité, la puissance, le murmure, la vitesse d’élocution, les hésitations, répétitions, les silences.
La tonalité
La voix humaine offre de larges possibilités car ses tonalités vont du grave a l’aigu. Elles passent par »le médium », situé au milieu. Ce mot « médium » désigne aussi un être se situant au centre. Il reçoit un message et le transmet. L’aigu a tendance à éveiller. Des voyelles « piquante » telles que le « i » et le « u » peuvent accentuer cette particularité. Dans ces cas réels ou simulé, il convient de monter le ton de la voix pour mieux faire ressentir le message. Une voix aiguë peut-être criarde si elle n’est pas maîtrisée par des intonations et des rythmes appropriés. La voix aiguë utilisée avec douceur peut révéler une certaine naïveté. Le grave calme et apaise en général et peut contenir un certain mystère. Nous retrouvons les voyelles « a » et « o », ainsi que les syllabes « an » et « oun ». Elles soulignent la « profondeur » lorsqu’elles sont dites par une voix évoluant dans des tonalités graves.
La puissance.
La puissance normale est celle de la conversation. Elle commence avec le murmure et va jusqu’au hurlement. Quelle que soit l’intensité choisie, il est indispensable que chaque syllabe soit parfaitement entendue.
Le murmure.
Murmurer d’une voix dont la tonalité naturelle est aiguë, peut exprimer un charme naïf et une certaine candeur. Des menaces exprimées avec une voix grave sur un ton doucereux ont autant d’impact que si elles étaient criées. Le murmure fait tendre l’oreille à ceux qui écoute et les phrases murmurées sont souvent mieux entendues que celles qui sont exprimées à voix forte
La vitesse d’élocution.
Parler lentement offre la certitude de se faire entendre et comprendre. Cependant un rythme lent peut devenir monotone et déconcentrer l’auditeur, à l’exception de celui qui à était placé en état de relaxation. Parler très vite exige trois qualités indispensable 1 maitriser la formulation des idées exprimées afin de ne pas s’embrouiller dans les phrases mal construites ou inachevées. 2 Procéder un souffle suffisant pour ne pas ce trouver dans l’obligation d’interrompre la parole au milieu d’une phrase pour reprendre son souffle. 3 Parvenir à détacher toutes les syllabes, absolument toutes, sans le moindre chevauchement. Pour vous entrainer, relisez le paragraphe précédent d’abord lentement, puis de plus en plus vite et sans reprendre son souffle. Cependant une élocution lente permet « d’appuyer » sur chaque mot et sur chaque syllabe pour mieux convaincre. C’est la vitesse à utiliser pour expliquer, détailler, convaincre, influencer, séduire.
Les hésitations.
Elles peuvent être des inconvénients et même des défauts si elles surgissent au mauvais moment. Cependant, à l’inverse, un discours bien préparé et qui coule sans heurt et sans relief à quelque chose de soporifique.

Les répétitions.

Nous verrons en travaillant la façon de faire vivre une relaxation que des « mots de valeur » échappent à cet inconvénient s’ils sont convenablement détachés du reste de la phrase. En pareil cas des mots clés comme « chaleur », « calme », « lourdeur » souvent répétés, ont un impact qui se manifeste concrètement.
Les silences.
A chaque point, a la fin d’une phrase, nos silences se manifestent avec une durée qui est automatiquement identique pour chacun d’eux.


Chapitre V

Mains, regard et parole pour prendre et pour donner.
Magnétiser c’est pratiquer un échange d’énergies avec un sujet, dans son intérêt et selon un but bien défini. Les trois éléments que nous venons d’étudier peuvent agir séparément ou ensemble. Quel que soit le choix du magnétiseur, il doit l’accompagner de son intention sans laisser ses pensées se disperser vers d’autres préoccupations. Magnétiser, c’est être totalement avec la personne dont on s’occupe. Il est vrai que l’échange de cette énergie appelée magnétisme à quelque chose de mécanique ou d’automatique. Mais le « mal » est traité que superficiellement dans ses effets et non dans ses causes. Les gestes, le regard et la parole sont les instruments dont nous disposons pour exprimer notre volonté au service d’une intention qui consiste à puiser en lui les énergies négatives du sujet ou de lui transmettre notre énergie positive par le canal de notre magnétisme. Les deux transmissions en aller et retour se font souvent à la suite ou quasi simultanément. Donc « donner ou prendre » ne dépendent que de notre volonté en mettant en mouvement des gestes qui sont semblable.
Comment s’entrainer à donner.
Lorsque que nous sommes face à une personne à qui nous devons donner du magnétisme, il ne faut surtout pas avoir le moindre doute sur l’efficacité de notre action. A ce propos, je vous conseille de bannir de votre vocabulaire le mot « essayer »

Chapitre VI

Prendre sans subir – donner sans s’épuiser.

L’action de magnétiser consiste en un échange d’énergies. Par la seul convention mentale que dirige notre volonté, nous donnons cette force qui est en nous et donc que nous disposons, ou nous prenons une énergie de la nature perturbe le sujet dont nous nous occupons. Chacun en « ressent » les effets de différentes façons. IL semble que l’autre dépend un peu de nous, mais en fait c’est également nous qui dépendons de lui. Chacun participe à son niveau, consciemment ou inconsciemment, à une véritable collaboration. Il convient de ne pas banaliser cet échange.
Des méthodes pour prendre sans subir
Il a été maintes fois observé qu’une affection qui n’est pas considérée comme contagieuse peut-être transmise au magnétiseur. Le magnétiseur traditionnel respect cette constatation. Lorsqu’il a terminé un traitement, ou parfois une séries de gestes ou même un seul geste, le magnétiseur secoue ses mains comme pour se débarrasser des éléments négatif qu’elles retiennent. C’est une première protection qui ne doit pas être négligée. En fin de séance de magnétisme, il est très important de passer ses mains sous l’eau froide. L’eau est un élément purificateur qui nettoie la partie physique du corps et purifie le corps énergétique et ses vibrations. Les religions utilisent l’eau pour les ablutions et pour la purification spirituelle par le baptême.
Comment purifier ses mains par l’eau.
1Tout de suite après une séance de magnétisme ou de sophromagnétisme, ouvrez un robinet et placez vos mains de part et d’autre de l’eau qui coule entre vos paumes, en frôlant vos doigts. 2 Ensuite passez vos mains sous l’eau. Rincez soigneusement vos mains et vos doigts comme pour les laver de leurs salissures. 3 En fait il ne s’agit pas seulement d’hygiène. L’eau froide agit sur les doigts et les mains comme un robinet qui se ferme et stoppe l’écoulement du magnétisme. Lorsque vous sentez que c’est nécessaire, vous pouvez prolonger l’action jusqu’au coudes.
Comment se débarrasser des pollutions vibratoires.
Nous allons utiliser le symbolisme des couleurs en ayant l’assurance qu’un symbole à la valeur qu’il repende. Nous attribuons une couleur aux vibrations que nous prenons. Cette couleur qui représente les mauvaises énergies pourra être le noir, ou le marron foncé ou encore toutes autres couleurs désagréable. Par convention mentale, nous décidons que lorsque nous prenons les vibrations de cette couleur, nous les transformons et les rejetons en une couleur positive comme par exemple le bleu. Nous prenons du noir et rejetons du bleu à chacun de nos gestes. Cette convention est établie au début de notre action et nous n’avons plus à y penser au cours de notre séance de magnétisme.
Savoir donner sans s’épuiser.
Traduisons le mot « charité » par la notion d’Amour. Il est nécessaire d’aimer les autres pour éprouver envers eux un sentiment de pure générosité. Mais pour vivre pleinement cet amour des autres, il est absolument indispensable de s’aimer soi-même et de s’aimer corps et âme. Ce comportement ne contient aucuns sentiments d’égoïsme, au contraire. Penser d’abord à soi pour se donner les moyens d’apporter aux autres une aide efficace, et non un semblant d’aide en ne leur offrant que notre faiblesse, est à la base de la méthode qui apporte un plus au magnétisme : le « sophromagnétisme . Nous verrons comment la mise en condition du sophromagnétiseur est aussi importante que celle du magnétisé et comment l’application pratique de cette méthode est très utile dans toutes les circonstances de la vie, pour soi et pour les autres. IL faut posséder avec une lucidité la puissance et la sérénité que requiert la pratique du magnétisme afin de donner fortement et longtemps.
Savoir contrôler se qui est donné.

La première protection consiste à savoir contrôler le fait de donner de son magnétisme, dans son intensité comme dans sa durée. Nous pensons alors que nous donnons à l’autre ce magnétisme qui va le renforcer, le soulager ou l’apaiser. Lorsque nous ressentons que l’effet recherché s’est produit, nous pensons fortement que les contacts ne déclencheront plus cet « écoulement » de notre magnétisme et nous l’interrompons par « convention mentale ». Sinon, le receveur, qui apprécie les effets qu’il ressent « prend » tout naturellement encore plus que ce qu’il lui est nécessaire. Le magnétiseur qui donne encore beaucoup et plus encore longtemps n’apporte pas davantage de bienfait et ne peut aboutir qu’à s’épuiser. Cet « écoulement bénéfique » pour le sujet peut se produire sans que celui qui « le donne » en prenne conscience.
Comment ce protéger.
Nous avons cité deux protections : 1 Passer ses mains sous l’eau froide après tout actes magnétiques. 2 Transformer les énergies négatives en énergies positives. Cette protection est très importante. Elle exige de savoir pratiquer la visualisation. La plus simple des protections consiste à croiser ses bras sur sa poitrine, au niveau du « chakra » du plexius solaire. Ce centre énergétique est une sorte de sas par lequel nous sommes en contact avec les vibrations qui nous atteignent d’où quelles proviennent. Nous utiliserons beaucoup de récepteur-émetteur en sophromagnétisme. Lorsque nous ressentons qu’une personne rayonne d’énergies négatives, nous pouvons sans que cela se remarque, croiser les bras lorsqu’elle est assise en face de nous. Même lorsque nous sommes debout, ce comportement peut-être utilisé d’une façon quasi naturelle. Cette protection du chakra du plexius solaire nous isole énergétiquement. Nous ne recevons pas ses vibrations et elle ne nous prend pas les nôtres. En magnétisme le croisement des bras, des mains ou des jambes n’est pas admis, quelle que soit la position du sujet : debout, assis ou allongé. Elle contrarie la réception du magnétisme.

Le « cercle magique »

Commencez par imaginer un cercle autour de vous. Mentalement vous tracez ce cercle qui vous entour complètement. Vous êtes le centre de vôtre « cercle de protection » que vous avez imaginé tracer sur le sol dans le sens des aiguilles d’une montre.

Le mur de verre.

Montant de ce cercle qui vous entour, vous visualisez (ou imaginez) un mur transparent qui vous enveloppe entièrement tel une cloche de verre. Elle est autour de vous et au-dessus de votre tête.
Rien de négatif ne peut m’atteindre.
En construisant mentalement votre cloche de verre vous pensez très fortement et répétez : dans cette protection, plus rien de négatif ne peut m’atteindre. Vous précisez dans votre pensée le temps de la protection : rencontre, conversation, réunion, etc. Ensuite vous ne vous en préoccupez plus, la protection est valable pour la durée que vous avez fixée.
La force de la prière.
Prier, c’est élever son esprit au dessus des banalités, au-dessus de soi-même et dans une intention positive. Par la prière nous élevons nos propres vibrations, alors notre magnétisme qui rayonne peut atteindre des vibrations supérieures. La prière n’est pas la propriété de telle ou telle religion, elle dépasse toutes les religions et a prouvé son efficacité quelle que soit la religion, la philosophie et la culture de celui qui l’exprime. Cette élévation positive de l’esprit n’est pas compatible avec des états de stress, de précipitation, d’énervement ou de recherche de quelques intérêts que ce soit, elle doit être pure et motivée par de nobles intentions. Aussi est-il préférable de prier pour les autres que pour soi-même. La prière est une protection car elle peut contenir cette demande lorsque nous sommes confrontés à des sujets dont les affections sont médicalement contagieuses. Elle s’ajoute à toutes les précautions d’hygiène et de désinfection. Elle protège du risque d’échec car elle complète l’action du magnétisme par une confiance accrue, sans jamais constituer un placebo. Enfin elle exige l’expression de pensées positives dont les vibrations sont en nous et qui agissent favorablement sur notre psychisme. Enfin la prière n’est pas la formule magique qui nous permet de tout demander sans agir par nous même. Elle est une aide, mais une aide seulement qui ne doit pas favoriser le laxisme ou le désengagement de nos actions de magnétisme. « Aide-toi, le ciel t’aidera » est un proverbe qui nous conseille d’agir d’abord et de demander ensuite une aide qui en aucun cas ne se substituera à notre action. N’attendons pas tout de ce qui vient d’ailleurs et rejetons cette affirmation souvent exprimée par certains magnétiseurs : « je ne suis qu’un canal ».

Ne pas s’adonner à l’orgueil…

Notre rôle est d’accumuler, de concentrer cette énergie et d’agir à la façon d’un transformateur. Nous devenons « un canal intelligent et responsable » car nous allons donner à cette force une couleur, une vibration et une intention. « Charité bien ordonné commence par soi-même » et « qu’il faut posséder pour donner ». Le magnétisme est une possibilité humaine et naturelle qui est présente en chaque homme et en chaque femme. Ne mélangeons pas tout. Il ne s’agit pas de nier les « apparitions » et d’éventuels contacts. « Ne pas s’adonner à l’orgueil ou à la fausse modestie » constitue une protection quasi permanente qui place le magnétiseur face à ce qu’il est, à ses possibilités naturelles et à ses responsabilités naturelles et à ses responsabilités envers les autres et envers lui-même.
Cultiver les pensées positives.
Nous verrons dans le domaine de la « visualisation » que nos pensées créent en nous des images capables d’agir dans le sens que nous les imprimons. Il est donc indispensable que ce sens soit positif et non négatif, pessimiste et défaitiste. Craindre un événement à vivre et l’imaginer dans un déroulement négatif, comme par exemple le risque d’être malade quand les symptômes nous préoccupent, c’est entrouvrir la porte à la maladie. Par contre se « visualiser » en parfaite santé, c’est le chemin qui conduit à cette réalité. Nous reviendrons sur ces sujets très importants pour nous et pour les personnes qui pourront bénéficier de ces méthodes. Il n’est pas possible de réussir dans le doute, mais la pensée positive ne peut s’appuyer que sur la parfaite maîtrise de ce que l’on fait et de ce que l’on entreprend.


Chapitre VII

Comment renouveler son magnétisme.

Lorsque nous avons donné notre magnétisme, nous devons obligatoirement le renouveler. Nous avons dosé notre action pour offrir volontairement une partie de notre « énergie vitale », mais parfois il nous en a été « volé » sans que nous en ayons eu tout à fait conscience. Restons responsable de nos actes et lucide dans ce que nous entreprenons. 1 la relaxation 2 les vibrations de la parole 3 La méditation avec ou sans support 4 la visualisation 5 la pyramide, ondes de formes et radionique 6 Le contact avec un point tellurique chargé 7 le contact avec un arbre.
La relaxation.
La respiration, l’imagination et la fixation de la pensée. Il permet de se recharger et de s’apaiser en très peu de temps. De plus il peut être indiqué aux personnes qui, dans la vie courante, ne maîtrisent pas la crainte, la timidité, l’anxiété ou le stress. La mini relaxation (voir exercices) doit être pratiquée chaque fois qu’on en ressent le besoin. Il n’y a pas de contre-indication, au contraire, car le faite de respirer profondément ne peut-être que bénéfique pour l’organisme. Ce n’est pas habituel pour la plupart des gens.
Les vibrations de la parole.
Si on est conscient de ces conséquences bénéfique, on peut en s’adressant à un sujet, à un groupe ou à un public, utiliser sa propre parole pour renouveler son magnétisme.
La méditation avec ou sans support.
Méditer ne consiste pas à ne penser à rien, mais à laisser aller ses pensées, métamorphosées au-delà de l’intellect. Une modification psychique et corporelle se produit qui reconstitue notre magnétisme.

Quels supports et comment les utiliser.

Faites une photocopie agrandie de l’image de la lame du tarot qui en conservera les formes et les couleurs dans un format assez grand (21 cm sur 29,7 cm). Ainsi vous pourrez la placer devant vous sur un mur et vous installer confortablement. Partant de cette idée, en regardant l’image et en ressentant ce qu’elle signifie, vous fermez les yeux et vous laissez aller votre esprit « librement » sur ce thème. Il ne s’agit surtout pas d’une analyse intellectuelle semblable à une dissertation. Non, c’est un peu de départ qui laisse libre l’expression des images et des pensées qui vont se succéder. Avant d’entreprendre votre méditation, avant même d’observer le symbole qui en sera le support, il est bon de se décontracter. La « mini-relaxation » constitue un excellent exercice préalable. Au cours d’une méditation votre magnétisme se renouvelle doucement et devient disponible pour vous comme pour les autres.
La méditation sans support.
Méditer sans l’aide d’un support, c’est le plus souvent utiliser un support qui n’est pas apparent. Ce support est peut-être une phrase, un proverbe, une maxime, etc. Par exemple : « Aide toi et le ciel t’aidera ». Il peut être aussi une visualisation si l’on maîtrise cette possibilité et si l’on « imagine » nettement des symboles : Soleil, étoile à 5 branches, lame 11 du tarot,… L’absence totale de support pour méditer n’est possible qu’à la suite d’un « travail sur soi » qui demande beaucoup de temps, de spiritualité et de disponibilité.

La visualisation.

(Voir les exercices)
Contact avec un point tellurique chargé.
Se recharger auprès d’une pierre.
Lorsque vous êtes appuyez contre une pierre planté ou contre une roche, commencez par pratiquez une mini relaxation et pensez fortement à la vie qui vibre en cette matière. Votre état d’esprit doit être empreint de calme, de sérénité et d’amour. Je préconise de dire ou de penser avec sincérité un texte simple qui est appelé « prière universelle » et qui consiste à envoyer des pensées d’amour au monde entier : « Que tout les êtres soient heureux au nord, que tout les êtres soient heureux au sud, que tout les êtres soient heureux à l’est, que tout les êtres soient heureux à l’ouest que tout les êtres soient heureux au zénith, que tout les êtres soient heureux au nadir, que je sois heureuse, moi aussi, dans mon être fondamentale et primordiale ». Souhaiter le bonheur à tous les êtres, dans toutes les directions, s’adresse aux humains vivants ou trépassés, mais aussi aux règnes animal, végétal et minéral. Quand vous aurez lu ce texte deux ou trois fois vous n’aurez plus la nécessité de le lire. Vous pourrez le dire lorsque vous terminerez votre mini relaxation et lorsque vous entreprendrez une action nécessitant un excellent état moral et psychique.

Se recharger auprès d’un arbre.


Chapitre VIII

Magnétiser la matière.

Traditionnellement c’est le coton hydrophile qui est le plus utilisé pour fixer le magnétisme avec l’intention qu’il contienne. Une plaque de coton peut être magnétisée pour ensuite servir plusieurs fois en la découpant. Tout autre linge naturel offre les mêmes possibilités. Toute matière peut-être magnétisées, comme par exemple un livre qui sera offert à un malade. Trois cas peuvent se présenter lorsque vous aidez quelqu’un en utilisant la fixation de votre magnétisme sur la matière : prolonger l’action de votre magnétisme apporter votre aide à quelqu’un qui est éloigné et qui l’attend apporter votre aide à quelqu’un qui n’est pas informé de votre action.

Prolonger l’action du magnétisme.

Lorsque vous avez magnétisé un sujet pour une affection quelconque, que ce soit pour une douleur, une cicatrisation ou autre, vous pouvez prolonger l’action de votre magnétisme hors de votre présence en magnétisant, par exemple, une pièce de ouate ou de coton hydrophile. Cette plaque sera découpée en morceaux de la dimension choisie, au fur et à mesure de leur utilisation. Chaque morceaux sera placé sur la peau et facilement maintenu avec du sparadrap. Le coton se détériorera assez rapidement et il conviendra de le remplacer souvent. Il est bon de magnétiser la plaque de coton en présence du sujet à la suite d’une séance de magnétisme ou de sophromagnétisme. La confiance s’ajoutant à la magnétisation produit un effet de suggestion qui ne peut que renforcer l’effet du magnétisme. Lorsqu’il s’agit d’une action sur le psychisme : anxiété, angoisse, stress… le coton sera placé sur le chakra du plexius solaire et l’intention sera identique à la suggestion formulée et transmise au cours de la séance.
Pour quelqu’un qui est éloigné et informé.
Le fait de voyager ne diminue en rien votre magnétisme sur la matière. Il est bon cependant d’avoir une conversation téléphonique avec cette personne pour bien savoir ce qu’elle demande et lui indiquer l’intention qui sera diffusée par le coton/ Le magnétisme de votre voix et la confiance que cette personne place en vous renforceront l’effet de votre magnétisme.

Les galets d’Isis.

Choix et chargement des galets.
Ce n’est pas aux galets de posséder des qualités particulières mais à celui qui va confier son magnétisme. Je rappelle celles-ci qui sont : décontraction, force de la pensée, puissance du magnétisme et visualisation et émotions. Ajouter une nouvelle charge ne peut qu’en affaiblir considérablement l’efficacité. Il est indispensable d’utiliser exclusivement des galets vierges de toutes intentions, de toute charge. J’ai le privilège d’habiter à proximité de la mer et c’est sur la plage que je vais « ramasser » mes galets. Les galets emmenés par la mer, je les trouve après les tempêtes, de préférence dans les périodes d’équinoxes et lorsque la plage est débarrassée des souillures de l’été. Les utilisations possibles sont multiples. Pour l’usage personnel je choisis des galets de petite dimension et plats afin qu’ils puissent être placé dans un portefeuille ou une poche.

Chapitre IX

Chakras et polarités.

Le mot chakra vient d’un terme sanskrit qui signifie « roue ». Les 7 chakras majeurs sont situés le long d’une ligne droite. Cette ligne est appelée « suchuma ». Autour d’elle s’enroulent les énergies dont la réserve est située au bas de la colonne vertébrale. Ces énergies montent par ce canal et sont de deux natures : l’énergie mâle a pour nom « pingala », l’énergie femelle a pour nom « ida ». Elles correspondent aux forces contraires conciliées dans suchuma : eau, feu, lune et soleil, ombre et lumière…

La Kundalini.

Dans son ascension, la kundalini fait s’épanouir les différents chakras qui remplissent alors pleinement leurs fonctions physiques, psychiques et extrasensorielles. Elle part de dessous le « sacrum », le plexius sacré ou chakra coccidien qui a pour nom « muladhara ». L’image de cette énergie est souvent utilisée pour le meilleur, mais aussi pour le pire. Ce n’est que par un travail sur soi-même et par évolution progressive que doit s’accomplir la montée de le kundhalani, lorsque les conditions indispensable sont remplies. Déclencher brutalement la montée de la kundhalani représente un réel danger. Celui qui en est victime se trouve brusquement noyé dans un flot de lumière qui peut lui être fatal. Il subit une « illumination » dont il ne peut pas supporter la terrible puissance.

Les couleurs des chakras.

Les chakras sont à la fois réels sur le plan énergétique, et virtuel sur le plan de la matière.

Rouge : Nous commençons par le chakra situé le plus prés du sol lorsque nous sommes assis : le chakra coccidien, appelé mulhadara. Le rouge est la vibration la plus lente. Elle est liée au principe de vie, à l’élément feu et au sang. C’est la couleur de la kundhalani. Elle stimule l’ardeur et la fougue et dispense la chaleur de la vie. C’est aussi la couleur de la pierre philosophale des alchimistes.

Orange : Le chakra sexuel (swadisthana ne peut pas être représenté par le rouge qui favoriserait les instincts les plus bas. La vibration de la couleur orange réunit l’ardeur du rouge et les vibrations élevées de l’or qui rappelle la chaleur du soleil au zénith, une chaleur tempérée.

Vert : C’est la couleur de la vie active dans la nature. Elle domine dans la végétation. Elle est en communication avec les secrets bien gardés de la nature. La couleur verte et vivifiante car elle contient le rouge et ceci dépasse l’image d’un symbole. Le chakra du plexius solaire manipura est celui que nous utiliserons le plus pour stimuler ou pour apaiser. Le vert symbolise la vie et la santé. Cette progression des vibrations à partir du plexius sacré, cette mise en circulation des énergies subtiles, nous rappelle une autre circulation qui utilise les mêmes couleurs avec des « feux » qui sont successivement vert, orange et rouge…

Or : Le chakra du plexius cardiaque, anahata est de couleur or. Le cœur c’est la coupe qui contient la vie. L’or est la plus rapide des vibrations alors qu’à l’opposée le rouge est la plus lente. L’or c’est la vibration du soleil au zénith, dans sa plénitude.

Bleu : Cette couleur va du bleu foncé (bleu de la nuit) au bleu clair comme la couleur du ciel. C’est donc la plus mystérieuse et la plus profonde des couleurs dans laquelle le regard s’enfonce et se perd comme dans l’infini du ciel. Le chakra de la gorge vishudda est représenté par un bleu argenté qui est la couleur de la lumière diffusée par la lune.

Violet : Cette couleur concilie les contraires en alliant le rouge et le bleu. C’est la couleur du mystique qui nous met en contact avec l’inconnu et avec ce qui est caché. Placé sur le chakra du troisième œil ajna, le violet participe au symbolisme de ce qui est à découvrir hors de nous et en nous. Ce troisième œil « voit » au-delà de l’espace et du temps et également en nous : visualisation, rêves et imagination.

Blanc : Le chakra du sommet de la tête brahmarandra peut-être représente par la vibration de l’or ou par le blanc qui est la somme de toutes les couleurs. Une lumière blanche passant dans un prisme nous révèle toutes les vibrations.

Les polarités

Principes des polarités

En ce qui concerne les mains, la droite est + est la gauche est –
Le sommet de la tête est neutre
La face antérieure (visage) est positive
La face postérieure du visage est négative
Le côté droit du corps et positif
Le côté gauche du corps et négatif
Considéré globalement, l’homme est + et la femme est -. Ils sont complémentaires.
Le pôle positif (+) est considère comme spirituel et le pôle négatif (-) comme celui de la matière provisoire. Il est précisé que le pôle – est négatif par rapport à son origine et que l’Esprit emprisonné dans la matière cherche constamment à s’élever. Mais il est retenu par le poids et la densité de cette matière et il ne représente qu’une partie de la conscience totale.

Application pratique

Deux polarités de même signe permettent d’éveiller, d’exciter, de contracter. Si par exemple le foie a tendance à être paresseux, la main droite sur cet organe va l’exciter. Deux polarités de signe contraire attirent, calme, nettoient, décongestionnent. Si par exemple, des crampes d’estomac se manifestent, la main gauche sur le plexius solaire le soulagera. Il ne faut surtout pas « s’enfermer » dans une théorie dont on risque de subir les modifications imprévisibles. On précise que l’inclinaison peut intervenir pour déclencher cette inversion des polarités. En faite c’est notre ressenti qui doit seul nous guider. Faut-il disposer les bras de telle façon que la main gauche soit au-dessus de la jambe droite et la main droite au-dessus de la jambe gauche ? Nous avons expérimenté cette façon et celle qui est contraire sur des sujets qui n’ont ressenti aucunes différences dans leur réception du magnétisme. En fait dans ce mouvement, il s’est avéré que pour le confort du magnétiseur il est préférable que les deux mains se trouvent côte à côte, à une certaine hauteur pour transmettre le magnétisme. Pour ma part ce n’est que dans certain cas que je tiens compte des polarités. En faite même si elles s’inversent, les polarités seront toujours réparties comme l’indique notre dessin. Il faut donc en tenir compte pour soi, dans les magnétisations d’auto guérison. Par exemple, si l’on à une douleur au genou gauche on fera intervenir la main droite et vice versa.

_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://au-dela-et-nous.monempire.net
 
résumé du livre Sophromagnétisme et plus encore
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Résumé du troisième livre : le Retour du Roi
» résumé du livre "Les rêves, les comprendre et les diriger"
» résumé du livre "le pouvoir des Cristaux"
» résumé du livre "la visualisation créatrice"
» Projet interdisciplinaire autour de la Mine: Help aux chtis (et aux autres)!

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
L'au-delà, les esprits et nous :: Documentations et livres-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: